Les Dynastes
Bienvenue à toi, voyageur égaré. Tu viens d'entrer dans l'empire d'Aquilée, un empire oppressé par les mains de fer d'un empereur inflexible. Mais au Sud, la colère gronde, et une armée de rebelles compte bien faire fléchir la tyrannie...seras-tu assez brave pour rejoindre l'Empire ? Soutiendras-tu l'Empereur machiavélique ou les farouches rebelles ? Te contenteras-tu de survivre dans ce monde à feu et à sang ? Il te suffit de t'inscrire pour décider du destin d'Aquilée...déjà inscrit ? Dans ce cas rejoins tes troupes...



 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue à Aquilée ! L'empereur vous remercie de votre présence et vous rappelle de payer vos impôts.
Pour cette 581° édition du "Dom Juan d'Aquilée : qui va t'il séduire ?", nous accueillons un nouveau Dom Juan : Mr.Arta, dont la simple évocation fait rougir les belles de l'empire ! Alors, qui va t'il séduire ? Va t'il séduire une belle Marquise, une dangereuse Comtesse ? Ou, retournement de situation...l'empereur lui même ?! Réponse lundi sur la place publique !
AVIS DE RECHERCHE : Un mouton s'est fait enlever par un grand homme exerçant le métier de mercenaire, un certain Davy a déjà essayé de sauver le petit mais il s'est fait lamentablement laminer. Si vous apercevez l'homme...donnez lui votre bourse, votre femme et vos enfants et suppliez le d'être gardé en esclavage plutôt que tué.
Empereur : Mes chers sujets, je suis confus pour ces messages qui ne viennent pas de moi mais de...*image se brouille* Esther : Il croyait récupérer l'antenne. Eh bien non ! Sa Majesté de la Folie Furieuse ne compte pas s'arrêter là ! Mwahahaha- *tombe raide morte* Empereur : Elle est hors d'état de nuire, n'ayez crainte. *ramasse l'Esther et va enfermer le cadavre quelque part où elle ne reviendra pas* Je suis vraiment désolé pour cette interruption dans les programmes, tout devrait revenir à l'état normal d'ici peu. (OCC : pour ceux qui se demandent c'est moi, Esther, qui écris toutes ces bêtises =P n'accusez pas Léonard)

Partagez | 
 

 Seoren Ceoll

Aller en bas 
AuteurMessage
Seoren Ceoll
Discret
Discret
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 14/08/2013
Localisation : Je vis sous ta chaise.

Feuille de personnage
Religion: Catanisme
Race: Humain

MessageSujet: Seoren Ceoll   Mer 21 Aoû - 18:29


Seoren Ceoll


Présentation générale

Nom : Ceoll
Prénom(s) : Seoren Eëm
Surnom(s) : Ahah.. essayez pour voir.
Race :Se pense humain
Religion : A priori cataniste
Age : Vingt ans
Date de naissance : Vingt-deux mai.
Sexe : Homme.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel.
Classe sociale : Noble
Métier/Rang : Duc

Apparence physique

Peau : Claire.
Yeux : L'unique visible est d'un bleu clair plutôt froid.
Cheveux : Blonds, mi-longs souvent retenus en arrière, attachés d'une manière faussement négligée, tandis que des mèches plus courtes se rebellent.
Carrure : Atteint le mètre soixante-quinze, plutôt fin
Type de vêtements : Il y a ce manteau qu'il aime porter, noir, et long, sinon, il semble masquer son corps entier, du cou jusqu'aux pieds, il privilégie la couleur des ténèbres qui contraste avec son teint, ainsi rendu diaphane.
Autre : Une servante a un jour raconté que pendant qu'elle apportait des serviettes à la chambre de Seoren (elle guettait, attendant qu'il se dénude, en réalité) elle avait vu son avant-bras, et que celui-ci semblait zébré de cicatrices fines et blanches. Personne ne la croit pour une simple et bonne raison:

Seoren, c'est l'image qu'on se fait du noble, cette aura hautaine, et froide, distante, un oeil presque méprisant, des lèvres pincés et les sourcils froncés. Souvent contrarié, le genre de personnes qui paraît avoir toujours tout eu en un claquement de doigts, peu habitué à souffrir, ou être blessé. Un noble, élégant, et rarement satisfait, oui, qui fut sûrement gamin capricieux par le passé. Seulement le mystère de son cache-oeil est éludé, lui manque-t-il vraiment un oeil ? Cela semble impossible si on se tient à l'image du gosse gâté n'ayant jamais connu la douleur. Se donner un style, alors. Ah ah.. Nombreux sont ceux qui voudraient regarder.

Oh, sinon il porte effectivement une croix à son oreille gauche.

Personnalité

Personnalité : Ce n'est pas lui qui vous énoncera ses qualités et défauts, en effet il est loin d'être bavard, la plupart du temps, mais se laisse volontiers aller à la conversation si celle-ci l'intéresse vraiment. À condition de savoir l'intéresser, des dames à la cour ont tenté leur chance auprès de cet être au charme froid. Ce fut plus ou moins concluant, selon ce qu'il voulait lui. À défaut de parler beaucoup, il parle souvent bien, et vise juste. Il parvient souvent à ses fins, une information capitale, des détails sans la moindre importance pour autre que lui.. aussi la suggestion, certes pas à un point tel qu'on puisse appeler cela manipulation, mais tout de même, tout de même.

Ceci dit, le fait qu'il parle peu et agisse dans l'ombre (ou plutôt la nuit) en fait une cible de choix pour les ragots, les rumeurs, il se retrouve souvent isolé, et essaie rarement de démentir sur ce qu'on dit de lui, il ne semble pas avoir envie de se défendre, de quelque manière que ce soit. Il laisse faire, évasif, aussi, son indifférence face aux autres est prise par tous pour de l'arrogance, que ce soient les domestiques ou les autres nobles, ils s'accordent presque tous sur ce point. Surtout les hommes, car même s'il n'apprécie guère les discussions inutiles, d'étain plaqué or, Seoren apprécie la présence des demoiselles. D'ici à être traité de Don Juan.. tout dépend du point de vue.
Ambition : Se faire une place auprès de personnes capables de voir au delà du masque, et retrouver sa soeur.
Peur(s) : Passer le reste de sa vie seul, même si ça semble lui convenir, pour le moment.
Talents : C'est un excellent pianiste, et on peut dire qu'il est particulièrement doué pour manipuler les mots, à l'oral comme à l'écrit.
Aime : Il apprécie donc, la présence des femmes, la musique, les arts de manière générale, mais aussi son reflet dans le miroir, qu'il caresse distraitement au réveil ou avant de se coucher.
Déteste : Son rôle actuel. Les banquets, les nobles, leur hypocrisie, leurs manières tellement exagérées, pas besoin d'en faire autant, si ? Leur idiotie, leur couardise, leur vie oisive. Nobles, nobles, nobles.
Autre : Tire sur ses manches, en cas de stress.

Relations

Famille : Il semble que le père du duc ait disparu il y a de cela quatre ans, suite à quoi il est apparu. On ne lui connait d'autre famille.
Ami(s) : Aucun, pour le moment « Quel intérêt ? ».
Ennemi(s) : Il s'est mis une bonne partie des habitants à la cour à dos « Ils parlent, ils parlent, mais je n'y prête guère attention, les pauvres, peut-être sont-ils vexés ? ».
Côté cœur : « Vous parlez des femmes que je côtoie, ou faut-il plus ? »
Autre : Mh.. il fait presque tout seul, il part même à la chasse seul de son côté, prenant le risque de se faire tuer par les autres qui ne seraient avertis de sa présence.

Combat


Arme : Epées, dagues, poignards de toutes sortes, il aime les lames
Magie : Il utilise quelques sorts de soin, il sait éliminer les plaies superficielles, endiguer la douleur, mais c'est limité, il ne peut pas tenir une éternité, juste donner un peu de temps.
Style de combat : On ne l'a jamais vu combattre.

Mais il paraît qu'il se jette à corps perdu dans le combat, prenant risques pour causer des dégâts, ce qui en fait un adversaire redoutable. Son inconscience lui permet d'aller plus loin que tout combattant prudent. Blesser, être blessé. Enfin, c'est ce qu'a dit un vieil ivrogne à la taverne, il a même assuré que Seoren aurait déjà tué quelqu'un. Il n'a raconté ça qu'une fois, par ailleurs, à deux personnes qui ne l'ont jamais cru.

Histoire

Élevé à : Dans la campagne du sud d'Aquilé.
C'est l'histoire de la salle piano, celle tellement belle, si propre que tout se reflète dans le parquet. Le sang qui y coule est rapidement enlevé, ainsi la salle piano reste toujours dans un état parfait. La salle piano, ils rêvent tous d'y aller, d'écouter ce que le maître appelle ses « petits concerts privés ». La salle piano, la salle mystère, n'entendrait-on pas parfois des cris tenter de s'en échapper ? Mais non, non, salle piano, salle particulière, elle est insonorisée. À cause des doutes, les domestiques un par un ont été renvoyés. Ne resta plus que le cuisinier, au loin, à ses fourneaux, et celui qui jouait du piano.

C'est l'histoire de la salle piano un soir d'hiver, où un homme s'apprêtait à en battre un autre, son cadet d'une vingtaine d'années. Le spectacle particulier n'avait pas plu. Un peu de sang s'écoulait sur le parquet. Tout aurait pu se passer comme habituellement. S'il n'avait pas riposté, il tentait de retourner la dague qui semblait vouloir agrandir le sourire. C'était là le problème, la prestation était parfaite, techniquement, toutes ces fautes de temps, de demi ton, elles avaient été effacées, à force d'acharnement. Mais il manquait un sourire à ce visage, n'es-tu pas heureux de jouer pour ton maître, n'es-tu pas mon pantin le plus chanceux ? De rage une seconde main rejoignit la première sur le manche de la dague. Il aurait mieux fait de viser. Avant d'y mettre toutes ses forces. Il aurait du viser le coeur, ou un truc comme ça. Tuer quoi. Mais il ne tua pas la personne qui représentait sa seule distraction.  Et cela le tua, de ne pas tuer. Ou plutôt l'autre le tua, pendant qu'il s'effondrait, faible, ne supportant pas le cri de douleur que le musicien avait poussé. Il ne fut pas tué immédiatement.

Ce fut ensuite l'histoire de la cuisine, d'un musicien, d'un cuisinier, et un homme assommé dont il fallait se débarrasser. D'un réveil, de révélations, et d'un plat novateur, à base de noble et de pommes de terre grillées. Ce fut aussi celle d'une décision importante, d'un échange de rôles, et d'un but qui semble chaque fois s'éloigner. Mais il ne faut guère plus détailler, c'est sans doute par la suite, que davantage vous en saurez.

**

Puis peu après, le fils du duc arrivait, il semblait avoir été jusque là dissimulé. Seul un certain cuisinier semblait avoir eu vent de la paternité, personne n'étant assez proche du disparu, nul ne tenta nier. Il en prit la place, le statut, et de sa demeure la clef, en fer forgé. Cependant, bien vite elle fut délaissée, car il partit s'installer au Cade, s'approcher de ce qu'il croit être sa destinée.
J'ai lu les règles et je m'engage à les respecter.
********************************************************
Hobbies : Inventer des mots avec le portable d'une manière qui n'est pas intentionnelle u_u
Expérience sur les forums RP : Relative
Comment as-tu connu le forum ? : Esther le tyran =3
Autre : Kiwi !
Un petit mot pour la fin ? : Kiwi (bis)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Seoren Ceoll
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Dynastes :: Introduction :: Présentation :: Présentations acceptées-
Sauter vers: